Comment choisir le bon filament pour votre imprimante 3D ?

Filaments pour imprimante 3d

Les chercheurs inventent constamment des outils pour faciliter le quotidien des hommes. Et l’imprimante 3D fait partie de ces inventions remarquables. On exploite cette technologie dans de nombreux domaines. Entre autres, la construction, la médecine ou l’automobile. L’industrie ferroviaire et l’aéronautique ont aussi recours à l’impression 3D. En effet, elle permet de créer des objets à partir de filament. Par exemple, il est possible de fabriquer une maquette de maison à échelle réduite. Cependant, il existe de nombreux consommables sur le marché. La mise en œuvre, le prix et les propriétés physico-chimiques diffèrent d’un fil à un autre. Par conséquent, il est important d’utiliser un filament thermoplastique en fonction du résultat attendu.

Opter pour le filament en PLA pour tous les usages

Le fonctionnement d’une imprimante 3d est simple mais ingénieux. La machine utilise le procédé Fused Deposition Modeling (FDM). Autrement dit, elle dépose des couches les unes sur les autres afin de créer un solide. Toutefois, il est nécessaire d’employer un filament 3d spécifique. Il est conseillé d’acheter le filament en Polylactic Acid (PLA) pour un usage général. Le matériau est translucide et ne dégage pas d’odeur. Par conséquent, on peut l’utiliser pour imprimer des jouets pour enfant. On l’exploite également pour créer des articles de luxe. Ce matériau biosourcé est à base d’amidon de maïs. Cela dit, il ne présente pas de risques pour l’environnement ou la santé humaine. En plus, il y en a plusieurs types en France. Entre autres, le PLA coloré, naturel ou photoluminescent. En outre, ce filmaient 3d et un antibactérien efficace. Enfin, il faut savoir que le PLA s’imprime à faible température d’une part. De l’autre, on peut lustrer, vernir et peindre les objets fabriqués.

Choisir le filament en POK pour imprimer des pièces performantes

Le Polykétone (POK) est un filament semi-cristallin offrant plusieurs avantages. En effet, il permet à une imprimante 3d de créer des objets aux propriétés exceptionnelles. Par exemple, on peut fabriquer des ustensiles. Ces derniers restent aux réactions chimiques des aliments. Ainsi, il n’y a pas risque pour la santé. Contrairement aux PA et PBT, le POK résiste mieux à l’hydrolyse, aux hydrocarbures ou encore aux solvants. Par ailleurs, le filament POK endure parfaitement l’humidité, les acides et bases faibles. Par conséquent, on l’utilise dans des secteurs très variés comme la médecine ou l’agroalimentaire. En outre, ce consommable est auto-extinguible. Cela veut dire qu’il s’éteint tout seul lorsqu’on le retire des flammes. Il s’avère très intéressant d’exploiter cette qualité formidable. Enfin, ce filament permet une vitesse d’impression entre 30 et 70 millimètres par seconde. La température de la buse se situe entre 230 et 260°C.

Sélectionner les filaments PEGT ou PP pour divers éléments

Le Polypropylène (PP) est un filament pour imprimante 3d très souple d’utilisation. D’ailleurs, il possède une résistance élevée aux acides et alcalins. En plus, il n’absorbe pas l’eau. Ainsi, on l’emploie afin de fabriquer des objets semi-flexibles et à la surface lisse. En outre, les éléments imprimés sont capables de supporter une température de plus de 100°C. A cela s’ajoute une grande résistance à l’humidité et aux UV. Il est conditionné en fil de 1,75 mm ou 2,75 mm de diamètre. D’un autre côté, choisir un filament 3d en PEGT (Polyéthylène téréphtalate glycolisé) pour les pièces fonctionnelles. On peut donc construire des éléments mécaniques solides avec de matériau. En effet, il est le juste équilibre entre la flexibilité et la résistance physique. Avec, on peut concevoir des emballages, des bouteilles ou encore des pièces très précises.

Gravure laser sur verre : les machines et leurs caractéristiques
Pourquoi l’emboutissage profond est la technique de fabrication la plus utilisée pour les pièces métalliques ?